AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Background Nesquiick ( ébauche )

Aller en bas 
AuteurMessage
Nesquiick

avatar

Lion Messages : 298
Points Forum : 4094
Date d'inscription : 21/08/2007
Age : 26
Localisation : Meuh quelque par en France je suppose

MessageSujet: Background Nesquiick ( ébauche )   Jeu 15 Juil - 20:01

Par une sombre journée d’hiver, une journée ou même un minotoboule de nowel ne mettrait pas un pied dehors Nesquiick se leva surplombant l’immondice crée par l’amoncèlement des cadavres qui avait périt sous son joug.


Ne vous inquiétez pas cette histoire ne commence pas ainsi, du moins pas tout a fais. Cette histoire commence dans des temps immémoriaux, des temps que même le grand maitre corbac a du mal à situer.


Il à fort longtemps de ça, alors que la guerre pourpre atteignait son apogée deux étranges personnages se baladaient tranquillement dans les landes de sidimotes.

- Non d’un bouftou enrhumé qu’est ce donc que ce temps !

- Bah tu sais, avec toutes leurs batailles ça parvient même à dégrader le temps

- Oue mais bon …


Plusieurs moi passèrent lorsque les deux individus se retrouvèrent dans une taverne.


- J’ai entendu dire que ce bon vieux Ogivol c’est fait attraper par la milice

- Ouep, encore une sombre histoire de corruption. Mais bon le pauvre avec tout ce chahut il n’a vraiment pas de chance de s’être fait attrapé.

- Et oui, même pendant la guerre la milice fait des siennes.

- En parlant de milice, j’ai ouïe dire que la milice de brakmar engageait. Tu vas te porter volontaire ?

- Boarf tu sais, la violence c’est comme une seconde nature chez moi. Alors à quoi bon m’engager dans la milice ? Massacrer légalement de pauvre innocent ?

- Oui mais bon, l’appât du gain peut être

- *pouffant* L’appât du gain ? Vu le salaire de misère d’un milicien je ne deviendrai pas riche ainsi, autant rejoindre les roublards de pandawa.

- Tu as bien raison.
A peine eu t’il le temps de finir leurs phrases qu’une horde de milicien venait de pénétrer dans la taverne.

- Tavernier ! Avez-vous vu des miliciens brakmarien par ici ?

- Bontarien, vous êtes bien loin de votre patrie pour avoir le pouvoir de me donner des ordres

- Parle tavernier, sinon je te pourfendrai.

- Et bien a ton aise milicien mais prend garde, mes clients ne sont pas des gens commodes.


A ces mots, un des deux étranges personnages sortie sa lame de son étui et trancha la gorge du milicien appuyé sur le comptoir laissant le reste de la milice stupéfié devant la rapidité de cette action


- Pauvre fou ! Vous attaquez à la milice de bonta, vous allez le regretter.

- *ricanant* Approchez donc fier combattant.


La brigade entière fonça vers l’individu qui entre temps avait été rejoins par son compagnon. L’attente fut très brève quand a la déclaration du vainqueur. Les corps des miliciens jonchaient sur le sol et les lames de nos deux compères ruisselaient du sang de la brigade.


- Et bien tavernier, tout cela vaut bien une chopine de whum n’est ce pas ?

- Oui, il n’y a jamais assez de cadavre pour nourrir les mulous.


Les années passèrent et les corps se succédèrent leurs lames s’émoussèrent.


- Dit Lokhias, tu ne pense pas qu’on devrait raccrocher.

- Pourquoi cette question Egnios ?

- Bah tu sais, les années passent et j’ai envie d’avoir une famille.

- Mon bon vieux Egnios, c’est bien vrai qu’il serait bien temps que l’on se range. Néanmoins promet moi de ne pas devenir un de ces paysans qui ne s’intéressent qu’a sa récolte.

- Tu connais mon passé aussi bien que je connais le tien, donc tu sais pertinemment qu’il me serait impossible d’avoir une vie aussi calme, néanmoins je te le promets.

- Très bien, nous nous rencontrerons à nouveau dans 10 ans, jusque là reste en vie.

- Il en va de même pour toi compagnon.
S’en suivit une longue poignée de mains et les deux compagnons se quittèrent.


Les années passèrent et l’aurore pourpre pris fin, Egnios c’était établis avec une jeune sadida du nom de Eole. Ils avaient élu domicile dans une modeste cabane et Egnios s’était établit en tant que boucher, tandis que sa femme s’était établie en tant que tailleuse de bâton. Ils coulaient des jours heureux et n’aspiraient qu’à la naissance d’un enfant.


- Dit donc Eole, ne crois tu pas qu’il serait tant de me fournir une descendance ? (un bourrin reste un bourrin, même un bourrin marié)

- Mon tendre Egnios pour ça faudrait il encore que tu te préoccupe un minimum de moi, plutôt que de t’intéresser à tes proies.

- Tu as bien raison Eole, il est temps pour moi de raccrocher un peu.


Les mois passèrent, les tentatives d’enfantement furent multiple et finalement une tentative eu raison de leurs effort.


- *rentrant de chez l’eniripsa en chef * Egnios ! j’ai une bonne nouvelle pour toi

- Ah, moi aussi ! tu te rappel de cet ami donc je te parlais incessamment, et bien le voilà.
Un vieux iop barbu fit son apparition derrière Egnios.

- Bien le bonsoir madame.

- Bonsoir, Iracus.

- Votre mari vous a donc tant parlé de moi ?

- Oh, plus que je ne l’aurai voulu, mais soit le bienvenu parmi nous. Voudriez-vous être le parrain de notre enfant ?

- *abasourdit* Quoi ! je vais être papa

- Et bien dit donc mon vieux Egnios il semble que tu n’as pas perdu ton temps, félicitation vieux compagnon.


Les dieux vieux amis en fier combattant burent et se racontèrent des anecdotes jusqu’au petit matin. Le petit matin venu Iracus fit ces adieux à notre gentille petite famille et s’en alla. A la suite de cela les mois qui suivirent furent plein d’entrain à la nouvelle du nouveau venu.


- Chéri, je crois que le moment est venu.

- Quoi donc Eole ? la représentation de boufbowl ? (bourrin un jour, bourrin toujours !)

- Nan triple bougre, je vais accoucher non d’un tofu empaillé. Conduis-moi au maitre eniripsa


Egnios déposât sa femme dans la charrette tiré par les deux dragodindes et partit au pas de courses jusqu’à la maison du maitre eniripsa. Aussitôt arriver Egnios tambourina sur la porte de toute ces forces, tellement qu’il brisa la porte et se retrouvât face à face avec le maitre eniripsa.


- Bougre d’âne, ma porte !

- Trêve de bavardage maitre, ma femme va accoucher occuper vous en bien sinon il pourrait vous arriver quelque mésaventure

- *tremblotant* Bien bien.


L’accouchement fût long et parsemé de douleur, mais il prit fin. Eole avait officiellement donné naissance à une petite fille.


- Elle s’appellera Nesquiick, son dieu protecteur sera sadida.

- Mais chérie, ce nom est stupide
- Tais-toi Egnios !


Plusieurs années passèrent, Nesquiick avait bien grandie. Son père au premier abord mécontent que son enfant soit une fille, pris rapidement Nesquiick sous son aile et lui apprit l’art du combat, et l’art de l’éviscération des proies. Egnios, Eole et Nesquiick coulaient des jours heureux, remplit certain de massacre de bouftou et d’autre de confection de bâton. La vie était belle pour notre petite famille, mais malheureusement cela ne perdura pas longtemps. (Vous souvenez vous du groupe de milicien qui au début de notre histoire fût massacré par Egnios et Iracus, et bien ils n’avaient pas été totalement massacré, un milicien un peu froussard se cacha sous la table afin d’éviter le courroux de nos deux compagnons.)


- Homme, te prénomme tu Egnios ?

- Euh, aux dernières nouvelles oui pourquoi ?

- Tu es par décret du roi de bonta mis en état d’arrestation pour meurtre en toute impunité d’une troupe de soldat bontarien

- *ricanant* Pensez vous réellement que je vais me laisser faire ? Les années passent peut être mais ce massacre peut être amplement réitérable …

- Si j’étais toi je ne m’y risquerai pas, nous tenons ta femme et ton enfant en otage. Pour leur bien rend toi sans attendre.


Egnios, ne pût se faire a cette idée, il sortit rapidement sa lame de son étui et trancha d’un coup net la gorge de l’homme à qui il venait de parler. Il partit en direction de sa maison d’un bond et trancha net la gorge des deux hommes qui gardait sa femme et son enfant. Il mît une lame dans la main de Nesquiick et ensemble ils égorgèrent la horde de milicien qui tentait de les assaillir.

Néanmoins, cette bataille était perdue d’avance. Après moult efforts Egnios et Nesquiick se firent écraser par l’armée que les miliciens avaient préparé en prévision. Egnios fût arrêté et toute les armes de la famille furent réquisitionné. Eole vit son mari emporté par les miliciens et Nesquiick bougonna parce qu’on lui avait pris toute ses armes (Et oui, la petite a de qui tenir …).

Les années passèrent et Nesquiick grandit en nourrissant une rancœur pour les miliciens qui avaient prit toute ses armes et son petit papa adoré.


- Maman ! J’ai ramené à manger (dit elle en trainant deux carcasses de mulou fraichement abattues)

- Nesquiick, tu en as encore trop fais. On en a pour plusieurs mois à les finir ! La viande va encore pourrir.

- Pour la peine, tu iras les vendre au marchée d’amakna.

- Mais, M’an c’est remplit de bouseux et de bwork là bas ….

- On ne discute pas !


Nesquiick s’exécuta et partie pour le marchée d’amakna tout en bougonnant sur sa tendre mère. Arrivé au marché, les doutes de Nesquiick se vérifièrent. Ce marché là n’était qu’exclusivement peuplée de bouseux et de bwork.


- Achète mon pin, il ai bo il ai frai (et oui un bwork c’est moche et en plus ça ne sait même pas parler amaknéen)

- Il ai frè mon poison, il è fré !

- Achté mé lame el coup tou eé nimport ki


Nesquiick passa en trombe dans cette partie du marché et se retrouvât dans la partie qu’il l’intéressait. (La boucherie vous vous en doutez bien …)


- Bon, maintenant il ne reste plus qu’à vendre cette demi-carcasse et Hop ! à la maison.

- Hey, Monsieur ! Je vends de la viande de mulou ça t’intéresse ?

- Niarf, probablement s’il reste les yeux cela me va.

- Très bien l’affaire est dans la poche.
Après cette bonne affaire avec cet homme douteux Nesquiick retournât chez elle où elle retrouvât sa mère.

- M’an ! Dit papa il revient quand ?

- Ah, en parlant de ton père. La milice de bonta nous a accordé une autorisation spéciale pour lui rendre visite dans deux mois.

- Yahoo !


Les deux mois passèrent rapidement et Nesquiick nourrissait chaque jour un peu plus l’envie de revoir son père. Eole et Nesquiick se rendirent a la prison où elles retrouvèrent Egnios un peu abimé par les années et par l’enfermement.


- Ma femme, ma fille !

- Pp’a, dit donc tu ne rases plus ta barbe ?

- Je n’ai pas vraiment le temps ici figure toi Nesquiick, sinon tu te portes bien. Les affaires fleurissent avec ta mère ?

- Egnios, je suis là aux dernières nouvelles tu pourrais me le demander plutôt que de t’adresser à ta fille !


La discussion fût longue et ce ne fût pas sans larme que les adieux se firent. A la suite de cette entrevue Nesquiick décida de poursuivre le chemin de son père et de devenir chasseuse à plein temps.

Ainsi la jeune demoiselle rentrait chaque jour avec une flopée de carcasses qu’elle trainait sur le sol. Tant et si bien qu’elle fît d’énorme profits. Les affaires furent fleurissantes et les années passèrent sans que Nesquiick et sa mère aient besoin de se préoccuper de l’argent.

Plus le temps passait et plus Eole se fît vieille et malheureusement, vint le jour où elle mourut calmement dans son lit. Nesquiick se retrouvant seule pris ces économies et ces armes et partie en quête de combat et de gibier. Les mois se suivirent et la même rengaine se répétait inlassablement chaque jour : « dodo, Massacre, manger, kamas, dodo ». Cela fût rapidement insoutenable pour la pauvre Nesquiick et elle décida donc d’attaquer bonta sans raison précise.

Elle entra tout d’abord silencieusement en jonchelant le sol de cadavre puis, elle se mit à égorger chaque personne qu’elle croisait sans distinction ni raison précise. Elle avança tranquillement et sereinement dans la cité tout en tranchant des gorges et en se délectant de se massacre. Lorsqu’elle arriva à la milice de Bonta une horde de milicien était en train de festoyer. Elle entra tranquillement et se mît a massacré chaque milicien, tant et si bien que ces lames brillait d’un rouge écarlate. Lorsque le silence revint, il ne restait plus un seul milicien debout. Tout ce qu’il restait c’était l’odeur fétide de la mort et Nesquiick qui arborait ces lames d’un rouge écarlate. Personne ne sût jamais qui avait perpétré cet acte puisque Nesquiick avait éliminé chaque personne qui l’avait vu. ( Cf : début pour les mou du bulbe ^^’ )

Les années passèrent et Nesquiick s’installa dans la belle cité de sufokia et se mit en quête de compagnon pour de belles (ou morbide) aventure …

Découvrez la playlist BackGround Nes'. avec Nightwish


( Musique en option )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shimoh

avatar

Messages : 11
Points Forum : 2929
Date d'inscription : 25/07/2010

MessageSujet: Re: Background Nesquiick ( ébauche )   Dim 25 Juil - 9:25

Supeeerbe !!!!
J'ai plusieurs questions !
Qu'est devenu Lokhias? et A quand la suite? (si il y'en a une)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Background Nesquiick ( ébauche )
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Background Personnages
» Création d'une section background
» Déesse d'une vie [Background Anne-Imation alias Tenderizer]
» Angel, néonate (exemple a suivre pour creation background)
» BACKGROUND : PAOL LE GRIS

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le coin "Libre" :: La Taverne !-
Sauter vers: